Derrière les murs

Pôles de vie distincts, le château et la ville sont l'occasion d'aborder les aspects militaires, urbanistiques et architecturaux du Moyen Age. Illustrations et scénographie originales valorisent tantôt une motte castrale, tantôt Bouvignes, cité médiévale.

 

Evocation d’une motte castrale idéale au XIe siècle. Réalisation N. Mossakowska Biface © G. Focant/SPW-Dpat  

Derrière les murs : le château

Symbole du régime seigneurial, le château est la résidence fortifiée d'un puissant. Reflet de l'évolution aristocratique du Xe siècle, le château de terre et de bois se métamorphose en pierre au XIIIe siècle. L'architecture castrale s'enrichit; du donjon, habité puis défensif, au logis plus confortable, l'évolution du château suit celle des techniques d'armement et d'artillerie de siège jusqu'à la fin du XVe siècle. Les boulets de pierre puis de fonte causent alors la mort des châteaux forts dans un contexte socio-politique, militaire et idéologique en lente évolution.

Derrière les murs... le château © G. Focant/SPW-Dpat

Derrière les murs : la ville

Dès le haut Moyen Age les villes mosanes sont avant tout des lieux d'échanges. Peu à peu, l'activité croissante du monde rural alimente l'économie urbaine et suscite un essor démographique. A l'abri d'enceintes naissantes, les villes développent des activités politique, administrative et religieuse.
« L'air de la ville rend libre » (adage allemand du XVe siècle). Désireux d'échapper à l'autorité seigneuriale, les bourgeois s'associent, dès le XIe siècle, pour conquérir des privilèges: le droit de se réunir, de délibérer et de juger. Ces nouvelles franchises sont consignées dans des chartes. Le beffroi constitue le symbole des libertés communales.