Entre ciel et terre

 

 

 

Une ambiance de recueillement vient interrompre le parcours pour évoquer le rôle de l'Eglise dans les paroisses et les monastères. Différents types de sépultures illustrent l'évolution des coutumes funéraires.

 

Evocation de la dalle funéraire de Georges de Niverlée, conservée en l'église Notre-Dame de l'Assomption à Niverlée © MPMM

 

 

 

Au Moyen Age central, la société, essentiellement rurale, est organisée selon le système dit "féodal". Ce système, basé sur une relation de fidélité d'homme à homme, garantie par l'octroi d'un fief par un seigneur à son vassal, prend de plus en plus d'importance. Châteaux, paroisses et villages structurent les campagnes. Dès le XIe siècle, la croissance des villes et le développement du commerce suscitent l'apparition d'une nouvelle classe sociale, la bourgeoisie.

La préoccupation majeure de l'Homme du Moyen Age est le salut de son âme. À la Fin des Temps, il sera jugé sur ses actes et ira en Enfer ou au Paradis. Dans la crainte du Jugement, les vivants, qui vivent en communion avec les morts, cherchent des appuis auprès des saints, dont les reliques font l'objet d'un culte important. Depuis le XIIe siècle se développe la croyance au Purgatoire, un lieu et un temps de "purgation", d'épreuves préparatoires avant le Jugement. Les âmes y attendent dans la souffrance, mais les vivants peuvent les soulager, par des messes dites à leur intention et par des oeuvres de miséricorde.

 

Entre ciel et terre © G. Focant/SPW-Dpat